| fnrs.tv | fnrs.news | SPI |

L'actualité chercheurs

Télévie en fête, l'Espace Recherche

Ce lundi 22 avril, vous avez été nombreux à venir nous rendre visite au Télévie en fête à la Citadelle de Namur : vous étiez 20.000 sur l'Esplanade et 3.000 ballons Télévie ont été distribués sous le chapiteau "Espace Recherche" du FNRS !
35 chercheuses et chercheurs Télévie étaient présents dans l'"Espace Recherche" pour faire découvrir à un public familial (toujours curieux !) les coulisses de la recherche contre le cancer.
250M² étaient dédiés à la vulgarisation scientifique !
 
Retrouvez ici les posters qui ornaient le chapiteau : https://bit.ly/2UC3xEV 
 
La journée a été rehaussée par la présence d’Arsène Burny, Président de la Commission Télévie, et de Thomas Van Hamme, animateur à RTL TVI.
Entre deux manipulations de microscope, les chercheurs ont eu le temps de nous redire leur enthousiasme à participer à un événement comme le Télévie en fête, convivial et didactique !
 

Camille Vanderclausen, Prix du meilleur jeune chercheur de la Belgian Pain Society

Félicitations à Camille Vanderclausen, Aspirante FNRS à l'Institut des Neurosciences de l'UCLouvain, qui a reçu le Prix du meilleur jeune chercheur de la Belgian Pain Society (Société belge de la douleur) pour ses études portant sur l'impact de la privation visuelle précoce sur la nociception.
La nociception est une fonction défensive, d'alarme, du corps humain. C'est l'ensemble des phénomènes permettant de transmettre au système nerveux central un stimulus douloureux, en activant des nocicepteurs cutanés, musculaires et articulaires.
 

Prix du meilleur poster remis dans la catégorie "Migration & Urbanization"

Félicitations à Mengni Chen, Chargée de recherches FNRS à l’ UCLouvain, au Centre de recherche en Démographie qui a reçu l’un des Prix du meilleur poster remis dans la catégorie "Migration & Urbanization" lors de la conférence annuelle de la « Population Association of America » qui s’est tenue du 10 au 13 avril à Austin, Texas.
 
Mengni Chen posant aux côté de son poster portant pour titre : "Growing Rich Without Growing Old: The Impact of Internal Migration in #China"
 

Grâce au soutien du FNRS, l’ULB et l’ULiège s’équipent

Un nouveau microscope électronique pour l’ULB : le CryoEM

Le Center for Microscopy and Molecular Imaging (CMMI) de l’ULB dispose depuis peu d’un CryoEM. Ce microscope électronique à basse température permet de reconstruire la structure 3D des virus, des nanomachines biologiques et des protéines au niveau atomique (une innovation qui a valu le Prix Nobel de chimie en 2017 à ses concepteurs, Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson).

Dans la CryoEM, « les échantillons sont rapidement plongés dans un récipient d’éthane à -182 °C », explique le Pr David Pérez-Morga, responsable du laboratoire de microscopie électronique du CMMI. « Cette technique permet une réfrigération tellement rapide que les molécules restent figées dans un état très proche de leur état physiologique naturel et entourées de molécules d’eau non-cristallisées et transparentes aux électrons, le tout formant un film de 200 nm de diamètre par quelques dizaines de nm d’épaisseur [1 nm = 10-9 m] !  Les molécules sont ensuite imagées sur le CryoEM qui permet l’obtention de milliers d’images en 2D. La compilation et le traitement avec des logiciels sophistiqués permet ensuite la reconstruction de la structure des molécules en 3D à l’échelle atomique ».

Le CryoEM a été acquis grâce aux Fonds FEDER, ARC-ADV, FER-ULB & DBM-ULB et FNRS.


Ebola : évaluation des stratégies d’intervention

La récente épidémie de virus Ebola en Afrique de l’Ouest a fait l’objet d’efforts considérables pour obtenir des données génomiques virales au fur et à mesure du développement de l’épidémie.

 

A l’aide d’approches phylodynamiques, des chercheurs belges  (KU Leuven, ULB) ont exploité ces données génétiques pour étudier l’impact que différentes stratégies d’intervention auraient eu sur l’épidémie. Leurs analyses démontrent que les événements de dispersion longue distance (entre les zones administratives > 250 km)  n’ont pas été cruciaux pour l’expansion épidémique. De plus, la prévention de la dispersion du virus dans une zone administrative donnée aurait, dans la plupart des cas, eu peu d’impact sur l’épidémie. Cependant, les zones urbaines, et en particulier celles qui englobent les capitales et leurs banlieues, se révèlent avoir été essentielles pour attirer et disséminer davantage le virus. Dans une deuxième partie de l’étude, les chercheurs montrent également que les annonces de fermeture des frontières ont été suivies d’un effet significatif mais transitoire sur la dispersion internationale du virus. Plus généralement, l’étude illustre comment des analyses phylodynamiques de génomes viraux peuvent contribuer à répondre à des questions épidémiologiques et de contrôle des épidémies.

« Phylodynamic assessment of intervention strategies for the West African Ebola virus outbreak », Nature Communications, n° 9, juin 2018.

  • Simon Dellicour, Chargé de recherches FNRS, Spatial Epidemiology Lab, ULB 
  • Et al.


Contact

Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS

Rue d’Egmont 5

B - 1000 Bruxelles

Tél : +32 2 504 92 11

Fax : +32 2 504 92 92

BE55 0016 0000 0044

Contactez le FNRS